Bienvenue sur la Grande Bibliothèque du Droit ! Ceci est une bibliothèque contributive. Vous pouvez nous proposer des articles.


La Grande Bibliothèque du Droit est une bibliothèque juridique en ligne, en accès libre et gratuit, créée par le Barreau de Paris.

Les lecteurs et contributeurs ne doivent pas oublier de consulter les Avertissements juridiques.

Welcome to the Grand Law Library ! This is a participatory e-library. You can send us your publications


Écrans de télévision, terminaux multimédias et terminaux de communications électroniques (fr)

Version imprimable
Un article de la Grande Bibliothèque du Droit, le droit partagé.
Aller à : navigation, Rechercher


Cet article est issu de JurisPedia, un projet dont la version en langue française est administrée par le Réseau Francophone de Diffusion du Droit. Pour plus de renseignements sur cet article nous vous invitons à nous contacter afin de joindre son ou ses auteur(s).
Logo jurispedia.png

France > Droit des médias > Droit de la télévision
Fr flag.png

Ecrans de télévision

Bref rappel historique

Deux pionniers sont à citer dans la création de la télévision : Vladimir Zworykin, un russe émigré aux Etats-Unis et premier à avoir déposé un brevet de télévision « tout électronique », mais surtout John Logie Baird, ingénieur écossais qui réussit dès 1924 à reproduire des formes géométriques simples sur un écran, puis à produire une image télévisée en mouvement, et aussi connu comme l’inventeur de la télévision couleur.

Concernant le récepteur de télévision, l’afficheur a longtemps été un tube cathodique ou aussi appelé technologie CRT (Cathode Ray Tube), un dispositif inventé par Karl Ferdinand Braun et commercialisé à partir de 1922.

Depuis, les évolutions technologiques ont été nombreuses, remplaçant cette technologie CRT par des téléviseurs équipés d’écrans LCD, plasma ou encore SED. Ces évolutions ont pour avantage principal une réduction du volume d’encombrement de l’appareil et le développement des téléviseurs miniaturisés sur des montres, des téléphones ou en voiture.

Les différents écrans

Les écrans CRT

Il s’agit de la première technologie de diffusion à tube cathodique, qui tend à être abandonné au profit de nouvelles technologies plus performantes et ingénieuses.

Les écrans LCD/DLP

La télévision LCD est composée de deux plaques transparentes. Entre ces deux plaques une couche de cristaux liquide agit comme un filtre qui ne laisse passer que les couleurs de l’image affichée. La télévision LCD fonctionne par le principe du rétro éclairage par une ou des lampes placées derrière ces deux plaques transparentes. Ces écrans s’affirment comme une technologie fiable et durable, offrant une grande qualité d’images et de couleur. Un confort visuel et une flexibilité de placement (accrochés aux murs notamment) ont permis d’en faire le type d’écran le plus répandu aujourd’hui.

Les écrans plasma (PDP)

Un écran plasma est composé de deux plaques émissives en verre. La lumière est créée par les atomes de phosphore activés par une décharge plasma entre les deux plaques. Très utilisés pour les expositions ou les présentations publicitaires, ce sont des écrans très plats offrant un excellent niveau de couleur et de luminosité. Ces avantages contrastent avec la fragilité de cette technologie, et la perte de qualité de l’écran avec le temps du fait de l’usure des atomes de phosphore.

Les écrans à rétro projection (RPTV)

Il s’agit ici d’une nouvelle technologie qui permet de réaliser des écrans assez plats. C’est un procédé de rétro projection des images à l’aide d’un projecteur sur un ou deux miroirs qui reflètent l’image sur un écran. Cette technologie s’applique aussi bien sur des écrans CRT que des LCD.

Les écrans SED

Surface-conduction Electron-emitter Display, ou SED, est la nouvelle technologie d’écrans développée par Canon et Toshiba avec un mélange entre les techniques utilisées pour des écrans CRT et LCD. La technologie SED utilise le principe de la lumière suite à la collision des électrons avec des atomes de phosphore sur une surface d’écran (principe des écrans classiques CRT). Mais contrairement à la technologie CRT, l’émission d’électrons se réalise pixel par pixel sans balayage. Grâce à ce principe, on peut réaliser facilement des grands écrans plats peu encombrants.

La télévision 3D

C’est l’évolution qui devrait marquer une nouvelle étape majeure dans l’histoire de la télévision. Après le succès connu au cinéma par la projection de certains films en 3D, il est désormais possible d’obtenir cette qualité de diffusion sur son écran de télévision. Un écran qui pourra être LCD ou Plasma.

Le téléviseur 3D Plasma

Il créé de la lumière en excitant électriquement des centaines de petites cellules contenant des gaz (essentiellement au xénon comme les néons) et causant leur éclat. La lumière est constituée d’ultraviolets invisibles à l’œil nu, répartis par trois sur chaque pixel du téléviseur 3D.

Le téléviseur 3D LCD

Comme nous l’avons développé ci avant, la télévision LCD est composée de deux plaques transparentes et fonctionne selon le principe de rétro éclairage. Cela explique la moins bonne qualité de noir de ce type d’écrans, qu’il compense avec une bien meilleure durée de vie que le téléviseur plasma.

Terminaux et convergence

Le fruit de la convergence des médias

S’il est un domaine qui marque le 21ème siècle de son empreinte, c’est bien la convergence des médias. En allant plus loin, l’on peut même parler d’une convergence des outils, des terminaux.

Qu’il s’agisse des terminaux multimédias ou des terminaux de communication électroniques, il est aisé de constater qu’ils sont tous marqués par la multiplicité de taches exécutables et de la disponibilité de différents médias à travers un seul et même outil, un seul et même terminal. Tous ces terminaux se développent sous différentes formes, dans différents cadres d’utilisation, privé ou professionnel, et tend encore à se répandre dans les prochaines années.

Les terminaux multimédias

La révolution des terminaux multimédias mobiles

Le terminal multimédia mobile est sans conteste la meilleure expression de l’apogée du multimédia. Véritable explosion sur le marché des terminaux mobiles, il est aujourd’hui répandu dans le monde entier et repris par diverses marques. Le plus connu reste l’iPhone d’Apple, mais de nombreux autres existent et tiennent la distance comme le BlackBerry, ou encore les Google Phones de Nokia et Samsung.

Ces terminaux multimédias ont évolués très rapidement. Jusqu’à l’année 2004, l’iPod faisait des ravages en proposant seulement de la musique et des vidéos. Lancé en 2007, l’iPhone d’Apple a constitué une véritable rupture dans la façon de concevoir l’ergonomie des terminaux : des écrans plus grands, des modes d’interaction entre l’utilisateur et le terminal par l’écran tactile, les interfaces graphiques en 3D. Et bien sûr, ces terminaux proposent l’ensemble des services possibles : téléphone, internet, télévision, plateformes d’applications, le tout avec la capacité de se connecter aux réseaux haut débit mobiles (WiFi, Edge, 3G).

Terminaux multimédias pour grand public

On peut ranger dans cette catégorie de terminaux les nouveautés apparues à l’année 2010 et qui devraient marquer l’avenir des terminaux multimédias de leur empreinte. On parle ici de l’iPad d’Apple ou l’Archos. Ce sont des tablettes multimédias qui regroupent globalement les mêmes capacités que les terminaux multimédias mobiles. Conçus pour une utilisation à la fois privée et professionnelle, ils sont à mi chemin entre les ordinateurs et les terminaux multimédias. Un autre signe, s’il en fallait un, de la convergence des terminaux et des médias.

Une expansion qui ne devrait pas faiblir, à voir l’engagement politique qu’il provoque. Depuis 1995, lorsque le Premier Ministre Alain Juppé avait demandé à François Fillon de présenter des mesures destinées à favoriser l’équipement des ménages et des entreprises en terminaux multimédias, de grandes avancées ont eu lieu. Mais le multimédia et l’équipement des français est toujours une priorité du pouvoir politique.

Terminaux multimédias professionnels

Les terminaux multimédias ne sont pas utiles qu’à une utilisation privée. En effet, depuis quelques années, les hôpitaux les utilisent dans la mesure du possible afin d’offrir une meilleur prestation à leurs patients. Pas encore totalement développé du fait du cout représenté par une couverture nationale, et l’aspect non prioritaire d’un tel investissement, certains hôpitaux en sont tout de même munis. C’est par exemple le cas du Centre Hospitalier de Douai où 450 lits sont équipés d’un terminal multimédia.

Ces terminaux offrent des prestations diverses : la télévision, la radio, la vidéo, le téléphone, internet, et autres fonctionnalités. Après avoir choisi un bouquet de services à des tarifs variés, le patient pourra utiliser cet outil devenu indispensable pour certains. Mais la présence de ce terminal a aussi un intérêt professionnel puisqu’il permet aussi au personnel soignant d’accéder directement au dossier patient informatisé. Un gain de temps non négligeable qui met en avant le double avantage d’un tel équipement.

Les terminaux de communication électronique

Selon l’article L32 du Code des Postes et des Communications Electroniques, « on entend par communications électroniques les émissions, transmissions ou réceptions de signes, de signaux, d’écrits, d’images ou de sons, par voie électromagnétique ». Le terminal étant le point de départ et d’arrivée d’un moyen de communication, aussi bien que l’appareil permettant l’accès à distance à un système informatique, ces deux définitions se lient et donne un champ d’application très large à cette notion.

La notion de terminal de communication électronique est très large et englobe ainsi différents types d’équipements, des téléphones portables aux terminaux de paiement électronique, en passant par les équipements des navires.

La mise en place des terminaux

Le contrôle de conformité

Un contrôle de conformité est mis en place pour tous les terminaux de communications électroniques par le Code des Postes et des Communications Electroniques. L’évaluation se fait par les critères regroupés dans les articles R20-4 à R20-13 du même code. La compétence revient, selon l’article R20-14 à l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes.

Les conditions de mise en service

Comme le prévoient les articles R20-19 à R20-24-1 du Code des postes et des communications électroniques, il existe des conditions de mise en service, de raccordement et d’utilisation des équipements en matière de terminaux de communication électronique. Il s’agit, entre autres, de conditions relatives à l’utilisation du spectre radioélectrique ou à la nécessité d’éviter les interférences ou à des raisons de santé publique.

La révolution de l'écran tactile

La principale révolution en matière d’équipement de terminaux de communication électronique est bel et bien l’apogée de l’écran tactile. Après avoir connu un succès très rapide sur des équipements plutôt encombrant comme les bornes de commande de billets SNCF ou autres automates, cette technologie s’est aujourd’hui améliorée et imposée sur des équipements plus petits. On la retrouve ainsi sur de nombreux téléphones portables et autres tablettes multimédias comme celles d’Apple ou d’Archos. Une technologie qui fera bientôt partie intégrante de tout équipement de communication électronique.

Voir aussi

« <strong class="error">Erreur d’expression : opérateur / inattendu.</strong> » n’est pas un nombre.