Bienvenue sur la Grande Bibliothèque du Droit ! Ceci est une bibliothèque contributive. Vous pouvez nous proposer des articles.

Les lecteurs et contributeurs ne doivent pas oublier de consulter les Avertissements juridiques.

Welcome to the Grand Law Library ! This is a participatory e-library. You can send us your publications

Maxresdefault.jpg

Ordre de la loi (fr)

Version imprimable
Un article de la Grande Bibliothèque du Droit, le droit partagé.
Aller à : navigation, Rechercher


Cet article est issu de JurisPedia, un projet dont la version en langue française est administrée par le Réseau Francophone de Diffusion du Droit. Pour plus de renseignements sur cet article nous vous invitons à nous contacter afin de joindre son ou ses auteur(s).
Logo jurispedia.png

}

France > Droit pénal (fr) > Droit pénal général > Responsabilité pénale > 
Fait justificatif en droit pénal
Fr flag.png


L'ordre de la loi est un fait justificatif. Il est prévu par l'art. 122-4 al. 1er du Code pénal :

« N'est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte prescrit ou autorisé par des dispositions législatives ou réglementaires ».

L'acte commis est une infraction mais certains actes incriminés sont justifiés si des lois ou règlements l'ont permis ou ordonné.

Il y a certaines hypothèses où un texte ordonne de commettre une infraction :

  1. En matière de violation du secret professionnel, l'art. L 3113-1 du Code de la santé publique impose aux médecins et aux responsables des services et laboratoires d'analyses de biologie médicale de signaler à l'administration les cas de certaines maladies[1] telles par exemple que le typhus.
  2. L'art. L 3354-1 du Code de la santé publique impose aux officiers ou agents de la police judiciaire de faire procéder à une prise de sang sur une personne prise en flagrant délit de conduite en état d'ivresse, ce qui constitue une atteinte au corps de la personne.

Dans d'autre cas, un texte autorise une personne à commettre une infraction :

  1. les médecins peuvent signaler à l'administration l'existence d'une maladie vénérienne s'ils en ont eu connaissance dans l'exercice de leurs fonctions.
  2. L'art. 73 du Code de procédure pénale autorise tout individu à arrêter un délinquant en cas de flagrant délit.
  3. L'art. 706-43-7 du Code de procédure pénale autorise les officiers ou agents de police judiciaire (fr) à « acquérir ou conserver des contenus illicites » dans certains conditions, dans le cadre de la constatation d'infractions commises par des moyens électroniques et impliquant des mineurs.

Enfin, malgré le mutisme de l'art. 122-4, la jurisprudence assimile à l'ordre de la loi l'autorité de la coutume. Les corrections légères aux enfants administrées par les parents, bien que constituant des coups et blessures, sont autorisées si elles sont légères[2]. Dans cette décision, interprétée a contrario, la Cour de cassation autorise les corrections légères[3].

Notes et références

  1. Énumérées par l'art. D 3113-6 CSP
  2. Ch. crim. 17 février 1995
  3. La qualification de coups et blessures, c'est-à-dire la distinction entre «  les violences punissables et la simple correction non punissable » relève de l'appréciation des juges du fond (Crim. 16 novembre 1995 n° 94-84703).

Voir aussi

« <strong class="error">Erreur d’expression : opérateur / inattendu.</strong> » n’est pas un nombre.