Bienvenue sur la Grande Bibliothèque du Droit ! Ceci est une bibliothèque contributive. Vous pouvez nous proposer des articles.


La Grande Bibliothèque du Droit est une bibliothèque juridique en ligne, en accès libre et gratuit, créée par le Barreau de Paris.

Les lecteurs et contributeurs ne doivent pas oublier de consulter les Avertissements juridiques.

Welcome to the Grand Law Library ! This is a participatory e-library. You can send us your publications


Ouverture du marché de la publicité audiovisuelle aux sites internet (fr)

Version imprimable
Un article de la Grande Bibliothèque du Droit, le droit partagé.
Aller à : navigation, Rechercher


Cet article est issu de JurisPedia, un projet dont la version en langue française est administrée par le Réseau Francophone de Diffusion du Droit. Pour plus de renseignements sur cet article nous vous invitons à nous contacter afin de joindre son ou ses auteur(s).
Logo jurispedia.png

France > Droit de la publicité 
Fr flag.png

Présentation du marché publicitaire multimédia

Le marché publicitaire est divisé entre les différents médias existants, les médias constituent des supports très attrayants pour les annonceurs en ce qu’ils leur permettent de faire passer leur message auprès d’un large public. Les différents supports existants sont :

  • Les affichages
  • La presse
  • La radio
  • La télévision
  • Le cinéma
  • L'internet

Le marché le plus attrayant est celui de la presse écrite qui recueille 32% du marché publicitaire. En effet la multitude de presses spécialisées permet aux annonceurs de savoir à quelle catégorie de lecteurs il va s’adresser. Cette méthode a pour effet de faire correspondre les annonces publicitaires aux lecteurs potentiels.

La télévision quant à elle représente 29% du marché publicitaire. Ce média permet d’inonder directement les téléspectateurs de messages publicitaires. La stratégie publicitaire des annonceurs demande un minimum de réflexion. L’annonceur va se référer aux analyses de Médiamétrie, qui permet de savoir, l’audience des chaines, les pics d’audiences susceptibles d’intéresser les annonceurs et enfin la catégorie du public en fonction de la chaine. Plusieurs vecteurs à prendre en considération, et qui sont établis la plupart du temps, sur des simples sondages.

Les diverses réformes touchant le secteur de la télévision, notamment la suppression de la publicité sur les chaines publics, ferment les écrans aux publicitaires, ils doivent donc en trouver d’autres. Ils peuvent transférer leurs investissements sur les chaines privées du petit écran ou alors préférer un secteur où les encarts publicitaire sont moins onéreux mais tout autant populaire.

L’attraction de l’internet pour les annonceurs

L'internet attire de plus en plus de personnes, et la baisse des prix de l’abonnement mensuel, notamment avec les offres triple-play permet un accroissement de plus en plus important. À titre indicatif, en janvier 2009, il y a 33 millions de personnes qui se sont connectés à Internet, ce qui représente 62 % des français.

La fréquentation y est de plus en plus importante, le prix des espaces publicitaire n’est pas comparable avec celui du petit écran. Le plus attractif pour les annonceurs est la possibilité de cibler leur public et ainsi les pousser à la consommation de leurs biens ou de leurs services. En fonction de la nature du site web, et le nombre de visiteurs le publicitaire usera de cette espace.

En outre, à l’inverse des médias traditionnels, la publicité est très encadrée et doit répondre à des impératifs. Il existe, sur la télévision beaucoup de contraintes : il faut respecter les horaires de programmation, le temps de diffusion. La publicité audiovisuelle subit des dispositions réglementaires qui permettent d’encadrer certains secteurs de la publicité. Le décret n°92-280 du 27 Mars 1992[1] institue un cadre réglementaire et interdit :

Et ce décret réglemente :

Autant de prescriptions à respecter qui limitent la marge de manœuvre de la publicité, ce qui d’un point de vue économique n’est pas très attrayant. La liberté des annonceurs est restreinte, et la politique commerciale, au détriment d'une politique de protection du consommateur invite les publicitaires à utiliser le média internet. Ils profitent des discordances juridiques pour échapper à ce cadre.

La présence de restrictions sur les autres médias, la faculté de ciblée un public qui est de plus en plus important et la différence de prix appréciable pour les encarts publicitaire, l’émergence de réseaux sociaux ouvrent plus de possibilité aux annonceurs. Le marché publicitaire internet est de plus en plus fructueux et les annonceurs transfèrent leurs investissements sur la toile.

En 2007, 740 millions d’euros ont été investis, ce qui représente une évolution de 36,5% par rapport à l’année 2006.

L’instauration de règles spécifiques au marché publicitaire sur internet

Face à cette évolution et à l’ouverture du marché de la publicité sur internet, le forum des droits d’internet, conscient des risques de détournement à mis en place en date du 29 mai 2008, un groupe de travail concernant « la publicité en ligne ».

Ce groupe travail autour de plusieurs points : Concernant la publicité de produits et professions réglementés plusieurs questions se posent :

  • La loi de 1991, relative à la publicité pour l’alcool[2] n’avait pas envisagé l’internet. Faut-il une nouvelle Loi (fr)|loi]] ?
  • L’application de la loi ÉVIN du 10 janvier 1991[3] peut-elle s’étendre à Internet ?
  • La publicité relative aux médicaments nécessite t-elle une réglementation spéciale ? le problème ici c’est qu’il y a souvent confusion entre publicités et informations, ce qui dans ce secteur constitue un danger pour la santé publique.

Notes et références

  1. Décret n° 92-280 du 27 mars 1992 pris pour l'application du 1o de l'article 27 de la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication et fixant les principes généraux concernant le régime applicable à la publicité et au parrainage  JORF n° 75 du 28 mars 1992 p. 
  2. Loi no 91-32 du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme, dite « Évin » (version consolidée) : JORF n° 10 du 12 janvier 1991 p. 615
  3. Loi n°91-32 du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme , JORF n°10 du 12 janvier 1991 page 615

sources