Bienvenue sur la Grande Bibliothèque du Droit ! Ceci est une bibliothèque contributive. Vous pouvez nous proposer des articles.


La Grande Bibliothèque du Droit est une bibliothèque juridique en ligne, en accès libre et gratuit, créée par le Barreau de Paris.

Les lecteurs et contributeurs ne doivent pas oublier de consulter les Avertissements juridiques.

Welcome to the Grand Law Library ! This is a participatory e-library. You can send us your publications


Exercice des droits de la personnalité par un incapable (fr)

Version imprimable
Un article de la Grande Bibliothèque du Droit, le droit partagé.
Aller à : navigation, Rechercher


Cet article est issu de JurisPedia, un projet dont la version en langue française est administrée par le Réseau Francophone de Diffusion du Droit. Pour plus de renseignements sur cet article nous vous invitons à nous contacter afin de joindre son ou ses auteur(s).
Logo jurispedia.png

France > Droit des personnes (fr)
Fr flag.png

Jurisprudence : concernant le droit à l'image, le consentement des représentants légaux est nécessaire (12/12/2000), pour intégrité physique on peut citer un arrêt de cour d'appel du 29 septembre 2000 imposant l'accord des deux parents pour pratiquer une circoncision rituelle.

La loi du 4 juillet 2001 sur l'interruption volontaire de grossesse. Le consentement des titulaires de l'autorité parentale n'est plus nécessaire pour interruption volontaire de grossesse sur une mineure. La loi consacre aussi la stérilisation contraceptive sur majeure (Un avis du 6 juillet 1998 de la Cour de cassation, s'y opposait en dehors d'une nécessité thérapeutique), mais l'exclu sur la mineure, cependant le majeur peut être incapable, notamment lorsqu'il s'agit d'un problème médical ou une impossibilité de mettre en place efficacement la contraception, dans cette hypothèse la stérilisation est soumise à autorisation du juge des tutelles, mais si l'incapable émet un refus on ne peut passer outre.

Les droits de la personnalité s'éteignent avec le décès, mais l'action des héritiers est possible selon des droits nouveaux qui leurs sont propre et non pas selon les droits du défunts qui leur seraient transmis ( Cass. 14 mai 1999)