Bienvenue sur la Grande Bibliothèque du Droit ! Ceci est une bibliothèque contributive. Vous pouvez nous proposer des articles.


La Grande Bibliothèque du Droit est une bibliothèque juridique en ligne, en accès libre et gratuit, créée par le Barreau de Paris.

Les lecteurs et contributeurs ne doivent pas oublier de consulter les Avertissements juridiques.

Welcome to the Grand Law Library ! This is a participatory e-library. You can send us your publications


Préjudice de l'enfant (fr)

Version imprimable
Un article de la Grande Bibliothèque du Droit, le droit partagé.
Aller à : navigation, Rechercher


Cet article est issu de JurisPedia, un projet dont la version en langue française est administrée par le Réseau Francophone de Diffusion du Droit. Pour plus de renseignements sur cet article nous vous invitons à nous contacter afin de joindre son ou ses auteur(s).
Logo jurispedia.png

France > Droit privé > Droit des personnes
Fr flag.png


La solution en la matière est posée par un arrêt du Conseil d'État[1]. Dans cet arrêt le CE refuse d'indemniser le préjudice d'un enfant né trisomique car cet handicap est inhérent au patrimoine génétique de l'enfant et non pas dû à la faute du médecin. Le conseil d'état considère qu'il n'y a pas de lien entre la faute du médecin et le préjudice subi par l'enfant.

La solution de la Cour de cassation: La Cour de cassation adopte la position contraires dans l'arrêt dit « Perruche »[2]. Dans cet arrêt, la cour de cassation valide l'indemnisation du préjudice de l'enfant né handicapé « dès lors que les fautes commises avaient empêché la mère d'exercer son choix d'interrompre sa grossesse, [l'enfant] peut demander la réparation du préjudice résultant de ce handicap ». Un arrêt de l'assemblée plénière du 13 juillet 2001[3] impose que les conditions de l'interruption volontaire de grossesse thérapeutique soient réunies.

Lois récentes sur l'interruption volontaire de grossesse : une loi du 13 juillet 2001 porte à 12 semaines le délai de recours à l'interruption volontaire de grossesse non thérapeutique lorsque la mère se trouve dans une situation de détresse. Une loi du 4 juillet 2001 concerne l'interruption volontaire de grossesse thérapeutique qui est renommé interruption volontaire de grossesse pour motif médical, cette interruption volontaire de grossesse est possible durant la totalité de la grossesse, mais impose que deux médecins attestent que la poursuite de la grossesse met en péril grave la santé de la femme ou entraîne une forte probabilité que l'enfant développe une affection d'une particulière gravité et incurable.

Les conséquences de l'arrêt perruche : on peut noter un arrêt de la cour d'appel de Bordeaux du 18 septembre 2001 qui suit la jurisprudence perruche.

Critiques : La rédaction de la Cour de cassation est erronée, en effet la faute du médecin n'a pas entraîné le handicap mais la naissance d'un enfant handicapé. De plus cette jurisprudence signifierait qu'il aurait mieux valu pour l'enfant mourir que naître. S'agirait-t-il alors d'un droit de l'enfant à ne pas naître ?

Projets et propositions de loi : proposition Mattei interdisant une action dite de vie préjudiciable. Amendement Hurié adopté par le Sénat mais rejeté par l'Assemblée Nationale rejetant la possibilité d'une indemnisation du seul fait de sa naissance.

Avis du CCNE (Comité Consultatif National d'Éthique) : Ce genre d'indemnisation relève-t-il réellement de la responsabilité civile, ou ne faudrait-il plutôt pas envisager une responsabilité collective de la société, de la solidarité nationale ?

Notes et références

  1. Conseil d'État 14 février 1997 Quarez
  2. Cass. ass. plén. 17 novembre 2000, « arrêt Perruche »
  3. JCP 2001.II.10601

Voir aussi

« <strong class="error">Erreur d’expression : opérateur / inattendu.</strong> » n’est pas un nombre.