Bienvenue sur la Grande Bibliothèque du Droit ! Ceci est une bibliothèque contributive. Vous pouvez nous proposer des articles.


La Grande Bibliothèque du Droit est une bibliothèque juridique en ligne, en accès libre et gratuit, créée par le Barreau de Paris.

Les lecteurs et contributeurs ne doivent pas oublier de consulter les Avertissements juridiques.

Welcome to the Grand Law Library ! This is a participatory e-library. You can send us your publications


Voyages et argent liquide – Rien à Déclarer (fr)

Version imprimable
Un article de la Grande Bibliothèque du Droit, le droit partagé.
Aller à : navigation, Rechercher
France >  Droit privé > Droit bancaire et financier 
Fr flag.png


Cabinet Squire Patton Boggs
Juillet 2019



 A l’heure des vacances estivales où chacun s’apprête à partir en voyage, à se déplacer pour des contrées plus ou moins lointaines, parfois même hors de nos frontières, il peut être utile de se demander si vous êtes bien au fait des conditions de transfert d’argent liquide de France vers l’étranger.


Tout transfert de fonds de 10 000€ ou plus est soumis à déclaration

Cette situation est visée aux articles L.152-1 [1] du Code monétaire et financier (CMF) et 464 [2] du Code des douanes qui traitent d’obligations déclaratives que tout voyageur devrait connaître.


En effet, selon ces articles, lors d’un passage de la frontière, les personnes physiques doivent déclarer, les sommes, titres ou valeurs [1] dont le montant est supérieur ou égal à 10 000€. Cette disposition s’applique pour tous les transferts de capitaux en provenance ou à destination d’un État membre de l’Union européenne. Cette obligation étant réputée inexécutée dès lors que « les informations fournies sont incorrectes ou incomplètes [2]».


Des sanctions pécuniaires, fiscales et pénales s'appliquent

À défaut de déclaration ou si la déclaration devait être considérée comme incomplète, le déclarant défaillant s’expose à des sanctions qui peuvent dans certains cas relever du droit pénal.


Ainsi :


  • le réfractaire détenteur de sommes d’origine licite, encourt, a minima, une sanction pécuniaire qui est « égale à 50 % de la somme sur laquelle a porté l’infraction ou la tentative d’infraction » (article 152-4 [3] du CMF).


  • Le réfractaire qui ne rapporte pas la preuve que les sommes transférées sont à l’origine non imposables ou ont fait l’objet d’une imposition antérieurement à leur transfert, encourt également une sanction fiscale définie en ces termes : « les sommes, titres ou valeurs transférés vers l’étranger ou en provenance de l’étranger constituent, sauf preuve contraire, des revenus imposables lorsque le contribuable n’a pas rempli les obligations prévues à l’article L. 152-1 du code monétaire et financier» (article 1649 quater A du Code général des impôts).


  • Enfin, si le réfractaire ne peut justifier de la licéité des fonds, le droit pénal entrera en action. Suspecté de blanchiment (article 324-1 [4] du Code pénal), il devra combattre la présomption d’origine illicite des fonds prévue à l’article 324-1-1 du Code pénal: « pour l’application de l’article 324-1, les biens ou les revenus sont présumés être le produit direct ou indirect d’un crime ou d’un délit dès lors que les conditions matérielles, juridiques ou financières de l’opération de placement, de dissimulation ou de conversion ne peuvent avoir d’autre justification que de dissimuler l’origine ou le bénéficiaire effectif de ces biens ou revenus. »


En pratique, l'anecdote

Encore récemment, la Chambre criminelle a été saisie de la question [3].


L’espèce concernait un ressortissant allemand en possession de 49 500€ en espèces lors de son contrôle par la douane française.


Vous l’aurez compris, il n’avait rien à déclarer lors de son passage.


Quelle erreur, notre ressortissant allemand se confond en explications : son ami garagiste à la recherche d’un camion, ou son ex-femme, enseignante, également à la recherche d’un camion, lui aurait remis la somme pour une « opération de déplacement ».


"Il ne sait plus trop. Les douaniers non plus."


Seule certitude : il ne s’est pas conformé à l’obligation déclarative de l’article L. 152-1 [5] CMF et est ainsi poursuivi pour manquement à l’obligation déclarative et blanchiment (Art. 324-1 [6] du Code pénal).


Après avoir été condamné par la Cour d’appel à six mois d’emprisonnement avec sursis, au paiement d’une amende douanière ainsi qu’à la confiscation des sommes saisies, notre ressortissant allemand se pourvoit en cassation reprochant à la cour d’appel d’avoir présumé l’origine illicite des fonds.


Reproche infondé selon la chambre criminelle qui considère que : « pour appliquer la présomption d’origine illicite des fonds, prévue par l’article 324-1-1 du code pénal, l’arrêt a relevé, notamment, les incohérences dans le récit fait par le prévenu de son voyage entre l’Allemagne et la France, l’absence de justification des raisons de celui-ci et l’importance de la somme non déclarée, énonce que les conditions matérielles de l’opération de dissimulation de la somme de 49 500 euros en possession de laquelle M. T… a été trouvé lors de son passage à la frontière entre la Suisse et la France ne peuvent avoir d’autre justification que de dissimuler l’origine ou le bénéficiaire effectif de cette somme. »


Notes

  1. 1 Article L 152-1 du Code monétaire et financier : « […] y compris les valeurs mentionnées à l’article L. 561-13 [du Code monétaire et financier] »
  2. 2 Il en va de même lorsque la déclaration porte « sur des sommes supérieures à 50 000 euros et qui ne sont pas accompagnées des documents dont la production permet de justifier de leur provenance. »
  3. 3 Cass. crim., 6 mars 2019, n° 18-81.059 [7]