Bienvenue sur la Grande Bibliothèque du Droit ! Ceci est une bibliothèque contributive. Vous pouvez nous proposer des articles.


La Grande Bibliothèque du Droit est une bibliothèque juridique en ligne, en accès libre et gratuit, créée par le Barreau de Paris.

Les lecteurs et contributeurs ne doivent pas oublier de consulter les Avertissements juridiques.

Welcome to the Grand Law Library ! This is a participatory e-library. You can send us your publications


Erreur manifeste (fr)

Version imprimable
Un article de la Grande Bibliothèque du Droit, le droit partagé.
Version du 28 mars 2014 à 18:05 par Abrazete (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, Rechercher


Cet article est issu de JurisPedia, un projet dont la version en langue française est administrée par le Réseau Francophone de Diffusion du Droit. Pour plus de renseignements sur cet article nous vous invitons à nous contacter afin de joindre son ou ses auteur(s).
Logo jurispedia.png

}

France > Droit administratif > Droit administratif général > Commerce juridique administratif > 
Actes juridiques de l'administration > Acte administratif unilatéral > Conditions de validité >
Condition de validité de l'acte administratif relatives aux motifs de l'acte
Fr flag.png



Dans l'appréciation de la validité d'un acte administratif, la jurisprudence admet un certain contrôle d'appréciation, même en matière de pouvoir discrétionnaire, lorsqu'il s'agit du contrôle de l'erreur manifeste. Le contrôle de l'erreur manifeste d'appréciation des faits est un contrôle de la qualification juridique qui est effectuée lorsque l'erreur a été trop grossière. On parle d'« erreur manifeste d'appréciation ».

L'idée est apparue tout d'abord en matière de fonction publique à l'occasion du contrôle des équivalences d'emploi ou de diplôme[1]. Dans cet arrêt, le Conseil d'État estime qu'il doit relever une absence manifeste d'équivalence. Tout en admettant le pouvoir discrétionnaire de l'administration, il estime qu'il lui appartient de censurer les erreurs très graves, les erreurs évidentes.

À partir de là, la notion a été étendue en matière de remembrement rural en vue de contrôler le classement des parcelles dans les différentes natures de culture[2].

De même, la jurisprudence fait appel à la notion d'erreur manifeste en matière d'urbanisme, et notamment de permis de construire[3].

La jurisprudence a également appliqué cette notion en matière d'interdiction de publication étrangères[4].

Notes et références

  1. Conseil d'État 15 février 1961 Lagrange : Rec. p. 121
  2. Conseil d'État 13 juillet 1961 Delle Achart : Rec. p. 476
  3. Conseil d'État 29 mars 1968 n° 59004 Société de lotissement de la Plage de Pampelonne : AJDA 1968 p. 335
  4. Conseil d'État 2 novembre 1973 n° 82590 Société anonyme Librairie François Maspero

Voir aussi

« <strong class="error">Erreur d’expression : opérateur / inattendu.</strong> » n’est pas un nombre.